Le parc national de Lahemaa

Ni Anoë ni moi n’étions convaincus qu’il fallait embarquer à nouveau à bord du ferry pour rejoindre Tallinn tant nous étions bien à goûter l’été chaud sur cette petite plage d’Helsinki…

DSC06929

Mais nous savions que le parc national de Lahemaa nous attendait et que la frontière russe ne serait plus guère loin ensuite. Alors, notre enthousiasme est revenu à poursuivre la route balte.

Quitter Tallinn, une affaire un peu laborieuse tant la circulation était dense et la véloroute peu facile à suivre.

Il nous a fallu quelques coups de pédale sous un beau soleil avant d’atteindre un endroit charmant pour une étape camping sauvage-feu de camp comme on les aime à la cascade de Jägala…

DSC06932 DSC06936

Le lendemain au réveil, nous savions que nous aborderions le parc de Lahemaa et étions pressés de voir enfin les paysages idylliques décrits dans les guides.

Mais ce jour-là en avait décidé autrement avec une météo digne d’un mois de novembre question couleur du ciel.

Avec tous les efforts possibles et une bonne imagination, les premiers reflets des plages tant attendues faisaient un gros flop intérieur, la pluie s’en est mêlée et après 80 km de pédalage, nous avons craqué pour un hôtel à Viinistu sur le port.

DSC06968

L’excuse aussi était de visiter un musée d’art marqué 2 étoiles dans le Michelin, une collection de près de 400 tableaux de l’art estonien du classique au très moderne, collection du ministre des Affaires étrangères qui a choisi ce petit village paumé pour ouvrir ce musée.

DSC06958 DSC06955

La bonne surprise du soir est que le soleil est réapparu d’un seul coup d’un seul, le vent a chassé toute la grisaille et la vue était magnifique depuis la terrasse de ma chambre.

DSC06951DSC06950

Premières photos enfin à vous montrer de ce qui fait la caractéristique du parc de Lahemaa: les blocs erratiques.

Je me plais à utiliser ce mot car jusqu’à aujourd’hui, je n’en connaissais pas le sens alors maintenant je peux faire la savante.

Ces beaux blocs de granit rose ont été apportés ici depuis la Finlande  lors de la fonte des glaciers il y a des millions d’années.

Posés comme par magie sur l’eau, ils créent des paysages typiques par ici.

DSC06942

DSC06967 DSC06965

Nous savions en partant vendredi matin, que cette fois serait la bonne car le soleil était bien là pour nous guider sur la route et nous prouver coûte que coûte que Lahemaa c’est encore plus joli que dans les guides.

DSC07001 DSC06974

Nous sommes arrivés tranquillement à Käsmu et là, la beauté des lieux nous a emballés, aussi bien le petit port où flottent quelques vieux et beaux bateaux, le village flanqué de belles demeures en bois, la petite plage secrète tout au bout du bout avec ces rochers posés comme des oeuvres d’art dans la mer.

DSC06995 DSC06991 DSC06978 DSC06977 DSC06982

Notre route nous emmènera ce soir-là jusqu’à Vainupea où nous voulions camper mais sans savoir vraiment où. Une pancarte « chapelle » me dit que nous trouverions bien là un terrain plat et accueillant. Ce que la pancarte ne disait pas comme pour la garder secrète, c’était la présence d’une plage d’1 km de sable blanc, superbe!

DSC07005 DSC07006

Dans les pins, la tente fût bientôt posée et la baignade a été appréciée surtout que l’eau à ma surprise n’était pas froide. Qu’elle fut belle cette journée à Lahemaa!

DSC07010 DSC07015 DSC07013 DSC07011

Le soir, une fois tous les baigneurs rentrés chez eux, je commençais à me demander si c’était une bonne idée de camper là étant donné que la pancarte nous indiquait la présence d’ours bruns dans les parages…Voyez-ça!

DSC07019

D’autant que depuis 2 jours, 2 personnes m’avaient parlé de la présence d’ours dans le parc, Erkins, un jeune estonien travaillant à Bruxelles donc parlant français m’avait accompagnée un bout de route et m’avait donc avertie qu’environ 700 ours étaient présents en Estonie, un autre bonhomme dans un office de tourisme m’avait dit en plaisant de me méfier des ours bruns avant d’ajouter qu’ils n’attaquaient jamais les humains car en Estonie ils n’étaient pas stressés car avaient tellement d’espaces forestiers pour eux.

Après tous ces avertissements, je n’en menais pas large quand même lorsqu’en pleine nuit je sortais pour un petit pipi au clair de lune…

Désolée, Françoise, les ours je préfère les voir dans ta Caborne plutôt qu’en face de moi, seule dans ma forêt!

Pour vous rassurer quand même, je me suis réveillée saine et sauve le lendemain matin et Anoë était même un peu déçu de ne pas avoir croiser « la bête… »

DSC07021 DSC07020DSC07016

6 Comments

  1. Françoise dit :

    Des ours ? J’arrive… mais je crois que je ne serais pas trop fière si je me trouvais nez à truffe avec un plantigrade.
    Je les préfère sauvages, au fond des forêts, bien loin des humains qui ne leur veulent pas forcément du bien.
    Où sur des emballages de produits alimentaires : j’adore !
    Mais ouf, tu t’en sors saine et sauve…
    Bises

  2. Ute dit :

    Sorry Alex, error !!!! faszinierend.

    Gruß Ute

  3. Ute dit :

    Hallo Alex, ja, Steine können fazinierend sein und ich denke Du warst es auch von den vielen veschiedenen Formen.Ich habe oft auf unseren Reisen gesagt ,manchmal macht es die Natur schöner und phantasievoller als der Mensch.Den Rapakiwigranit (rosa Granit) haben wir sogar auf einer geologischen Excursion hier bei uns gefunden. Ich nehme mir immer einen Stein mit von Orten an denen ich glücklich und zufrieden war. Auch einen vom Mont Ventoux habe ich und einen eirunden, großen grauen Granit von einem Steinstrand an der Riviera.Das Meer rollte ihn mit jeder Welle mit den anderen Steinen hin und her und formte ihn in jahrtausenden zu diesem Stein, der eine « samtweiche , zarte  » Oberfläche hat.Ich nenne ihn meinen Ewigkeitsstein.Es war ein magisches Geräusch , die rollenden Steine und der sanfte Schlag der Wellen.
    Nun wünsche ich Dir für den Weg zurück in Dein neues Leben gutes Wetter keine Wölfe (aber ich liebe Wölfe von weitem!!!) und nur Kuschelbären aus Stoff.
    Liebe Grüße und hasta la vista Deine Ute und der Rest aus Essen

  4. Denis dit :

    C’est surprenant ces rochers lisses dans la mer ressemblant,a des hippopotames.
    faisant la sieste, très belles vues de cette plage nordique,de sable blanc. pour les ours,il y a 3 jours,je ne t’avais pas mis en garde!!
    Mais comme tu es téméraire, le coup de pédale,restera le plus fort…Avant la frontière Russe,qui est toute proche.

  5. Rozenn dit :

    Bonjour Alex, superbe Lahemaa ! Ces blocs de granit rose qui reposent sur l’eau ainsi me plaisent beaucoup, c’est comme à Ploumanach, pas besoin d’aller dans un musée pour y voir des sculptures, la nature se charge de sublimer notre espace 🙂 Ici, le gris a eu raison du soleil qui a préféré draguer l’ouest (je le comprends un peu… :-)). Ceci étant dit, au regard des champs jaunis, la pluie est la bienvenue :-). Bonne journée à toi !

  6. Rainer dit :

    Hi Alex, now you are heading for the east and soon you will arrive at the Russian border. Congratulations!

    You continue along the Lake Peipus, don’t you ? And you will visit the ancient orthodox people there?

    Now you will be in the land oft he bears, I guess. And please give Anoe a nice little advice from an experienced traveller. He is so small and I am a little bit concerned for him. So, if Anoe should meet a bear, please tell him:

    – not to turn round and to run away. Bears are very fast and Anoe has short legs!

    – not to climb onto a tree. Bears are faster on the top of a tree than Anoe on the first branch! Ask Francoise!

    – to talk with a very masculine voice, moving very slowly, breathing very quietly and deeply

    – to inform the bear that all of your food is „sans gluten“! Normally they hate it.

    – Anoe could ask, if the bear has a valid passport for Estonie. Normally they are not allowed to cross the border…

    – and finally: Russian bears are very interested in western technology. Perhaps Anoe could present the nice 29-zoll Scott bike with 21 gears and trailer of a charming french lady. Could be a good trick, really!

    But perhaps no bears at all but some baltic Spatzen, nice too….

    So enjoy your last kilometers to Narva and the first kilometers of your way back to the bay of Riga, Kisses from Rainer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *